THE SEMA NAGAS   by J H. HUTTON,  CLE., M.A. 1921

ETHNOFLORENCE

INDIAN AND HIMALAYAN

1

Lutes of the Himalayas – 1901 Adventures in Tibet – William Carey – 1899 Among the Himalayas – Waddel Laurence Austin – 1913 Trans Himalaya voll 1 Discoveries Adventures in Tibet – Sven Hedin

FOLK AND TRIBAL ARTS

2008 – 2020

*

INDIAN AND HIMALAYAN

A SELECTED BIOGRAPHY

*

THE
SEMA NAGAS

1 (1)

THE SEMA NAGAS  by J H. HUTTON,  CLE., M.A. (Indian Civil Service)  MACMILLAN AND CO., LIMITED ST. MARTIN’S STREET, LONDON 1921

by

J H. HUTTON,
CLE., M.A.
(Indian Civil Service)

WITH MAPS AND ILLUSTRATIONS AND A
FOREWORD BY HENRY BALFOUR,
M.A., F.S.A., F.R.G.S., F.R.A.I.
Published by direction of the Assam Government
MACMILLAN AND CO., LIMITED
ST. MARTIN’S STREET, LONDON
1921

1 (2)

Sema Naga Cloths showing Cowries – Two Asukeda – pi of different patterns – Dayang Valley

1 (3)

Sema and Other Naga Daos

1 (4)

1 Sema Naga Quiver – 2 Crossbow – 3 Stock of Sema Crossbow

1 (5)

Sema Naga Making Fire – First and Second Position

1 (6)

1 (7)

A-B Sema Womans Mking Pots – C – The Pot in the First Stage and the Implements used – D – The finished Article – E – Double Pot from Tokikehimi for Cooking Rice and Other Food – F – Ceremonial Pot for use in Gennas

1 (8)

Sema Naga Baskets

1 (9)

Boy with Apipi – zhto and Ekra spear with Wooden Blade

1 (10)

Iron blades at present in use and Celts found in Sema Country

****

**

*

BENARES The Sacred City Sketches of Hindu Life and Religion by E.B. Haveli London 1905

Ethnoflorence

Indian and Himalayan

1 website faces of the himalayas.JPG

Faces of the Himalayas. Dhyangro Handle details. Photo Ethnoflorence

Folk and Tribal Arts

2008 – 2019

*

BIBLIOGRAPHY

INDIAN and HIMALAYAN

SELECTION

https://ethnoflorence.wordpress.com/category/bibliography-india-himalaya-a-selection/

*

BENARES

The Sacred City

01.jpg

Benares The Sacred City

Sketches of Hindu Life

and Religion

by

E.B. Haveli

London

1905

*

02.jpg

Mask of Shiva

03.jpg

A Village Deity

04.jpg

Mask of Bhaironath

05.jpg

Durga

06.jpg

A Vaishnavite Nun Reading The Ramayana

07.jpg

The Head of Bhima

08

Bhima Completed

*****

***

*

Adventures in Tibet Including the diary of Miss Annie R. Taylor’s remarkable journey from Tau Chau to Ta Chien Lu through the heart of the ” Forbidden Land” William Carrey Baker & Taylor 1901 

Ethnoflorence

Indian and Himalayan

Folk and Tribal Arts

2008- 2019

**

BIBLIOGRAPHY

INDIAN and HIMALAYAN

SELECTION

https://ethnoflorence.wordpress.com/category/bibliography-india-himalaya-a-selection/

*

Adventures in Tibet

1.jpg

Including the diary of Miss Annie R. Taylor’s remarkable journey from Tau Chau to Ta Chien Lu through the heart of the ” Forbidden Land”

William Carrey

Baker & Taylor

1901

1 (1).jpg

Tibetan Curios

1 (2).jpg

Standing in that wild theatre, with his trumpet of human thigh-bone.

1 (3).jpg

An Aged Abbot

1 (4).jpg

Minstrel Mendicants

1 (5).jpg

The Wheel of Life

1 (6).jpg

Tibetan Women Dancers – The Devil Dance – Lamas Masked for their religiuos Pantomime or Devil Drama

1 (8).jpg

A Priest on the Prowl

*******************************************

Maschere dell’Himalaya e del Tibet Massimo Candellero

ETHNOFLORENCE

INDIAN AND HIMALAYAN

FOLK AND TRIBAL ARTS

Lakhè Newar.jpg

2008 – 2016

*****************************************

MASSIMO CANDELLERO

MASCHERE DELL’HIMALAYA E DEL TIBET

MASKS OF THE HIMALAYAS AND TIBET

MASQUES DE L’HIMALAYA ET DU TIBET

****

 HIM-97888754730751-200x288.jpg

Book in italian language,large format, full color

360 pages over 150 pictures.

http://www.marcovalerio.it/titolo/9788875473075/

*************

A short introduction of the author

***

The Himalayan region is an area of extreme historical and cultural interest, for the variety of its religious and artistic expressions. Among these, the best known and studied art and architecture is the classic Nepalese one  of the Kathmandu valley, which is full of testimonies of the highest value, based on the principles of Hinduism and Buddhism, which just there was irradiated to the Tibetan plateau.

 

Lakhè Newar - wood.jpg

Only in recent decades the attention of researchers has been applied also to the study of the archaic forms of religion and art, which are manifestations of a much older historical substrate and of the complex ethnic reality of the region.

Remote areas previously inaccessible are in fact now open to the possibility of exploration, while a wide variety of artistic products of different aesthetic value but always of considerable cultural interest, appeared progressively on the market.

Unfortunately, the lack of proper documentation often makes uncertain the origins and sometimes the same meanings of these objects, and this also on account of the profound social and cultural transformations that have affected the peoples of those areas.

 

P1180635.JPG

More on

http://www.marcovalerio.it/titolo/9788875473075/

*******************************

 

Shaman Gurung book

PHOTO OF THE DAY

 

3-Ancient-Manuscript.jpg

With this book, shaman Ras Bahadur Gurung knows the history of each family in the village. It thus responds to questions from a large number of these citizens, including their ancestors and different affiliations. He is also the keeper of a variety of shamanic accessories: books in indelible ink, chaplets in framed snake … As sacred objects that make it the guarantor of Gurung culture.

The Gurung are from the Himalayan zone. It is estimated that they are now about 500,000. They are especially known to be honey hunters, they will harvest at the risk of their lives climbing the cliffs.

Photo by Adrien Viel & Aurore Laurent

PHOTO AND TEXT CREDIT

http://www.bluelyn.com/2012/10/16/nepal-dive-into-the-world-of-shamans/2-the-shaman-ras-bahadur-gurung-in-barpak/

*************************************

Sculptures de bois Magar du Népal Galerie le Toit du Monde Paris

2204597345.jpg

Sculptures de bois Magar du Nepal 

Sculptures de bois Magar du Népal

Du 6 au 15 septembre 2012

Galerie Le Toit du Monde

http://www.letoitdumonde.net/

6, rue Visconti

75006 Paris

*********

PHOTO COURTESY OF

SANZA ARTS PREMIERS

************************

Effigies de ponts, piliers funéraires, piliers de maisons qui témoignent du travail du bois dans la région de Rukum et Rolpa (pays Magar) au Népal de l’Ouest. Ces photos en noir et blanc elles ont été prises à la fin des années 1970 et au début des années 1980 par 

Michael Oppitz,

ancien directeur du musée ethnographique de Zurich, ethnologue spécialiste des Magar, ethnie majoritaire dans cette région, et auteur d’un film remarquable sur le chamanisme des Magar, 

Shamans of the Blind Country

(1981)

 considéré comme un classique.

Des sculptures de ce type sont entrées dans des collections d’art primitif himalayen à partir du milieu des années 1980, sans que l’on ne dispose d’informations précises sur leur lieu d’origine. Ces photos témoignent donc d’une période antérieure au développement de leur collecte et offrent une illustration, très bien documentée par l’auteur, de ces objets dans leur contexte d’origine, utile aux amateurs d’art intéressés par ces productions plastiques.

Ces photos, originales, n’ont pas été publiées (à l’exception de quelques unes dans des revues peu accessibles aujourd’hui) et apportent une connaissance nouvelle sur les sculptures de bois du Népal.

Si certains ouvrages d’art mentionnent en effet la sculpture de bois de l’extrême ouest du Népal, aucun témoignage n’existe à ce jour sur cette région située plus à l’est et peuplée majoritairement de Magar. Ainsi, certains motifs érotiques ou obscènes semblent distinguer la création des Magar de cette région.

François Pannier

1255351934.jpg

1211871172.jpg

magar (6).JPG

magar (7).JPG

magar (8).JPG

magar (9).JPG

magar (10).JPG

magar (11).JPG

magar (12).JPG

 

magar (13).JPG

magar (14).JPG

magar (16).JPG

magar (17).JPG

b8079-706225186

magar (18).JPG

magar (19).JPG

IMG_8899.JPG

IMG_8901.JPG

magar (22).JPG

magar (23).JPG

magar (25).JPG

magar (26).JPG

magar (27).JPG

magar (29).JPG

e5aa8-1840799474

magar (30).JPG

magar (31).jpg

magar (32).JPG

 

Photo courtesy

of

Sanza Arts Premiers

Bruxelles

Galerie le Toit Du Monde

Paris

Francois Pannier

http://www.letoitdumonde.net/

*********************

MAX ITZIKOVITZ LA VENUS DE L’ESPUGUE CHEF-D’OEUVRE DE TOUS LES TEMPS

MAX ITZIKOVITZ

LA VENUS DE L’ESPUGUE CHEF-D’OEUVRE DE TOUS

LES TEMPS

*

 

2436527737.3.jpg

EXTRACT

FROM

THE

TRIBAL ARTS

A

CROSS CULTURAL HERITAGE

NUMBER 0

 https://ethnoflorence.wordpress.com/2012/09/07/the-tribal-arts-a-cross-cultural-heritage/ 

________________________________________________________

En 1963

trvaillant à Abidjan

je découvre

chez un antiquaire , une porte sculptée en relief  de personnages et d’animaux .

Porte de sanctuaire?…

Mais c’est la même démarche que la porte en bronze du baptistère de PISE que j’ai admirée à 19 ans ! et celle-ci je peux la posséder ?

Voilà le début .

Et je passe doucement d’une porte  SENUFO du 19 eme siècleà une poulie Guro , à un masque Dan , à un couple de statues Baule  .

Tous ces objets sont des

intercesseurs

entre l’ homme et les puissances surnaturelles : les artistes sont des

intermédiaires

et à l’égal des dieux , ils créent leur  propre univers, et comme Dieu à partir de RIEN : un rocher , une branche d’arbre , de la glaise , du métal brut , des couleurs . Les artistes façonnent leur propre monde qui ne ressemble à rien de ce qui existe .

 

PABLO PICASSO , LE DEMIURGE DU 20 ieme SIECLE

________________________________________

C’est celui qui à travers les arts IBERES puis les arts d’ Afrique et D’Océanie  finit par ouvrir toutes les portes .

Et sans Pablo  Picasso , je suis persuadé qu’aujourd’hui encore , les arts appelés primitifs ne seraient pas compris ni  perçus pour ce qu’ils sont :

une ouverture sur l’imaginaire .

ARTS SOLAIRES ET ARTS DE LA NUIT : L’AFRIQUE ET L’OCEANIE .

________________________________________

Revenons au début : en 1906 , chez Gertrude Stein , Henri Matisse pose sur la table une statuette Bacongo : c’est un art proche de l’art égyptien , réaliste et quelque peu figé .Puis Wlaminck découvre un masque du Gabon qui bien que  sculpté pour la vente , garde encore ses  caractéristiques Fang d’origine .

A partir de là,

Pablo Picasso

“réinvente l’art africain”:

les demoiselles d’Avignon 

“comme dans un travelling cinématographique, racontent l’histoire de l’art de gauche à droite.

L’art égyptien aboutit à l’art qu’on nommera 

“cubiste”

et qui fera éclater les perspectives.

Le génie de Picasso 

inventé

la

VENUS  DU 20eme SIECLE,

30.000 ans plus tard que la Vénus de Lespugue ! : c’est la Vénus assise les jambes écartées et au visage concave.dONC depuis 1963 , j’essaie de m’entourer d’ oeuvres d’ “art premier “, mais derrière cette quête c’est l’art pariétal et les sculptures de la préhistoire qui me hantent .

Ces noms :

“Lespugue”, “Sireuil”, “Brassempuy”, “Willemdorf”, “Vestonica”,

quelle musique…

la maîtrise  est totale: tension des courbes, harmonie des différents plans, quelle inventivité! …quelle musique jazzy !

un surgissement qui atteint dès son aurore, l’apogée; et qui allie réalisme au cubisme.

Donc, j’ai acquis des sculptures africaines….en Afrique, en m’éloignant le plus souvent des “arts de la côte” , trop réalistes à mon goût. (je dis quelques fois que les arts Bacongo ou Punu ne sont pas de l’art africain…)

Puis, de l’art solaire de l’Afrique, j’ai pris une passerelle vers l’art nocturne de Mélanésie, oü les sculptures polychromes dans les “long houses” sont éclairées par des torches qui nous dévoilent des peintures fantasmatiques .

 

LE DESIGN EN AFRIQUE

________________________________________

Mon intérêt , ouvert sur le 20eme siècle, s’est aussi penché sur l’univers des formes et des arts utilitaires .

J’ai été émerveillé par la créativité d’un mobilier simple et beau; beau parce que simple : sièges , appui-nuques , cuillères , récipients, etc…toutes ces réalisations sont dans la même veine , la même pureté que le design d’aujourd’hui et dont ceux-ci s’inspirent souvent.

Finalement,

les arts d’Afrique et d’Oceanie

ont accouché des arts de notre époque…

*

Text Courtesy

of

Max Itzikovitz

All Rights Reserved

**********

Photo credit 

Wikipedia

***

 

MARC PETIT UNE HISTOIRE DE MASQUES….

MARC PETIT

UNE HISTOIRE DE MASQUES….

*

EXTRACT FROM

THE TRIBAL ARTS

A

CROSS CULTURAL HERITAGE

NUMBER 

0

https://ethnoflorence.wordpress.com/2012/09/07/the-tribal-arts-a-cross-cultural-heritage/

****************

J’ai commencé à collectionner des pièces d’art tribal -principalement des masques – fin 1979, à Paris, de retour d’Amérique indienne (Bolivie, Guatemala) où j’avais été touché par les gens et leurs productions.

le masque du chat - Copia.jpg

Apres avoir d’abord acquis dans le commerce parisien un certain nombre d’objets africains,  mais aussi indonésiens et d’autres provenances encore,

je suis tombé,

en janvier 1981, sur mon premier masque “primitif” himalayen. 

On ne savait rien à l’époque sur cette sorte d’objets, qui commençaient à peine à sortir. 

D’emblée, j’ai été saisi par la beauté et la force de ce masque et j’ai décidé presque aussitôt d’aller au Népal pour voir sur place ce qu’il en était et essayer de trouver moi-même là-bas des objets intéressants.

le  Vieux et la Vieille  - Copia.jpg

Ma défunte compagne Yvonne et moi sommes retournés une bonne douzaine de fois, de 1982 à 1993.

Par l’intermédiaire d’un marchand tibétain de Kathmandu, Dawa Gyaltsen, j’ai fait la connaissance d’Eric Chazot, et plus tard de Christian Lequindre ; j’ai acheté à l’un et à l’autre, devenus des amis, ainsi que, plus rarement, à quelques

antiquaires parisiens, dont Francine Burla, un certain nombre de masques, mais la plupart de mes acquisitions se sont   faites sur place, à Kathmandu, auprès des quelques marchands qui avaient l’œil : Dawa Gyaltsen, Tenzing, Rinchen, Karma Lama, Vishnu Ratnashahi, Hari Bista.

Je me suis progressivement consacré à rassembler essentiellement masques, statues et objets divers originaires du Népal  et des régions avoisinantes, de sorte que ma collection s’est trouvée centrée sur cet art jugé à l’époque marginal.

Il y avait très peu d’information sur de tels objets. 

J’ai été heureux de pouvoir écrire le premier livre qui leur fut consacré :

“A masque découvert, regards sur l’art primitif  de l’Himalaya”

chez Stock, en 1995.

MARC PETIT 1.jpg

Ce livre, couronné par la grand prix du livre d’art de la Société des Gens de Lettres, a fait  date dans l’histoire de la discipline. 

 C’est parmi les 120 masques présentés dans cet ouvrage que nous avons choici, Germain Viatte et moi, les 25 objets de ma donation au musée du quai Branly, effectuée en 2003, avant même  que le musée ne sorte de terre. 

Ces 25 masques

ont été présentés au Musée lors de l’exposition

“Dans le blanc des yeux”

en décembre 2010.

l.jpg

Je suis écrivain et non ethnologue, mais j’ai lu à peu près tout ce qui a pu être écrit, avant et après la parution de mon livre, sur le sujet. 

Mon approche est essentiellement esthétique, mais je m’intéresse aussi aux artistes inconnus et aux sociétés au sein desquelles ces œuvres ont été crées. 

Je pense avoir joué un rôle déterminant dans l’accès de ces œuvres à une pleine visibilité, en construisant l’appareil intellectuel et esthétique permettant de les appréhender et d’en saisir l’originalité.

Il a fallu du temps pour que les sceptiques et parfois même, les négateurs, finissent par reconnaître, non sans réticence parfois, l’existence ce cet art jusque-là tenu pour marginal, voire inexistant ! 

Art tribal qui avait le défaut

de n’être ni africain ni océanien, mais surtout celui de ne ressembler en rien aux productions classiques des arts tibétain, indien et chinois connus de longue date chez les amateurs d’antiquités asiatiques.

Quant aux ethnologues de terrain, aucun ne s’était intéressé à ces objets maintenus plus ou moins au secret dans les villages,  les familles et sans doute aussi, les chamanes en activité dans un nombre limité de lieux d’accès incertain si l’on ne connait pas l’origine précise de chaque objet, ce qui est encore très largement le cas, hic et nunc.

Masque, Himachal Pradesh - Copia.jpg

Masques de pantomime, masques de temples, masques figurant des ancêtres, masques d’usage chamanique (ce dernier point fait encore débat),  l’éventail est large en matière de fonctions (je préfère dire “d’usage”), mais les pistes sont embrouillées et souvent presque entièrement effacées, ces objets provenant d’époques anciennes, de sociétés qui ont évolué avec le temps en subissant l’influence de la culture dominante hindoue/bouddhique des castes supérieures en milieu “indo-népalais” et newar.

 La majorité des masques tribaux est à rattacher aux traditions  d’un ensemble d’ethnies de langues tibéto-birmanes – Magar, Tamang, Gurung, Raï, etc…- aux cultures et aux croyances marquées par le chamanisme, le culte des ancêtres et un animisme qui perçoit la nature comme une entité vivante peuplée de dieux, démons et autres créatures que nous appelons, nous Occidentaux, “surnaturelles”, mais qui ne  le sont pas aux yeux des gens de ces ethnies.  

Les statues protectrices et votives sont, elles, majoritairement issues de l’ouest du Népal, peuplé à l’origine d’Hindous (les Khas) aux croyances particulières.

Ce que j’aime dans cet art du masque tribal himalayen : la simplicité, l’efficacité expressive, la force extraordinaire émanant des plus beaux objets. 

Et aussi le côté “art brut”, détournement des formes naturelles, le regard visionnaire qui décrypte les propositions du hasard et invente un visage là où d’autres ne verraient qu’une bizarrerie de la matière.

Rien de décoratif, de “joli”, d’accessoire ; une sorte de minimalisme en même temps prodigieusement inventif. Il n’y a rien, là, qui ne soit essentiel, qui ne porte le sens, dans un effet “coup de poing”.

Différence avec les arts africains:

les sculpteurs, ici, sont rarement des professionnels, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne s’inscrivent pas, eux aussi, dans un ensemble de traditions.

Il y a des masques “cubistes”, à côté d’autres qui nous paraîtraient, à nous Occidentaux, “expressionnistes”, voire “surréalistes” ; mais une spécificité de beaucoup de ces visages est leur caractère presque plan, sans beaucoup de relief quand on le regarde de profil.

Obtenir l’expression suppose alors un art très maitrisé des proportions,

un véritable sens graphique.

Ceux qui les ont créés savaient varier à l’infini les combinaisons de formes simples – trois trous, deux pour les yeux et un pour la bouche – en jouant sur les écarts, les distorsions, les décalages inattendus, qui font tout le charme de ces objets sauvages, loin des académismes qui rendent parfois ennuyeux les arts classiques et même, le classicisme des arts tribaux d’autres provenances.

J’aime aussi les arts africains – moins l’art de cour trop poli d’Afrique centrale -, surtout celui des Dogon, et aussi les masques de Timor, dont l’esthétique ressemble souvent à celle des masques népalais.

En tout, je me sens plus attiré par le sauvage, l’archaïque, plus que par le côté raffiné et précieux des objets de luxe. 

J’aime ce qui fait rêver, les expressions changeantes, alors que dans les arts classiques, un objet n’a qu’une expression, qui souvent devient grimace ou somnolence, cesse d’être vivant à mes yeux.

J’aime ce qui n’en finit pas de nous questionner, de nous mettre au défi, mais aussi, nous permet de participer par  l’imagination à la vie de l’objet – non plus un objet posé, mais pour nous presque une personne.

Dans ma vie, les masques népalais n’ont cessé de jouer un rôle décisif, puisque Chantal Detcherry, la femme dont je partage à présent la vie, est elle aussi voyageuse, écrivain et  collectionneuse. 

C’est d’ailleurs par l’entremise des masques – et de mon livre – que j’ai eu le bonheur de faire sa connaissance, ainsi que celle de son mari Philippe Vercaemer, aujourd’hui disparu. 

J’en déduis qu’en ce qui me concerne au moins, l’efficacité chamanique des masques tribaux himalayens est un fait attesté !

MARC PETIT

Plus de détails, de réflexions et aussi, d’informations dans mes divers écrits sur le sujet:

outre le livre cité, deux autres ouvrages, “Népal, Chamanisme et sculpture tribale” (existe aussi en anglais), écrit en collaboration avec Christian Lequindre (chez Infolio), et “La Statuaire archaïque de l’ouest du Népal” (galerie Renaud Vanuxem, Paris), ainsi que le numéro hors série de “Beaux-Arts Magazine” consacré à l’exposition “Dans le blanc des yeux”.

*

Text Courtesy of Marc Petit

All Rigths Reserved

****

***

*

MAX ITZIKOVITZ AN INTERDISCIPLINARY EXPERIENCE

MAX ITZIKOVITZ

AN INTERDISCIPLINARY EXPERIENCE

Text by Ethnoflorence

EXTRACT FROM

THE TRIBAL ARTS

A

CROSS CULTURAL HERITAGE

NUMBER

0 https://ethnoflorence.wordpress.com/2012/09/07/the-tribal-arts-a-cross-cultural-heritage/

****************

Each collection, like the canvas of the painter or the musician’s musical score, has it’s peculiar features, a sort of ‘fil rouge’ that makes the recherche of the collector unique and unrepeatable.

At first glance, complex heterogeneous collections of various sectors of the arts premiers and of contemporary art, assembled by a single collector, to a more careful analysis can uncover rather obvious connections and points of contact, revealing how the collector has

‘chased’

the specific note, this particular trait,

that universal archetype

in materials only apparently incompatible and different.

In the catalog “Passioni d’Africa” (L’Arte Africana nelle Collezioni italiane 2009 pag.193) Chantal Dandrieu outlines the character

 the search criteria

 AAA.jpg

in African field of Mr Max Itzikovitz, typical of an

independent eye

 not conformed with the directives and stereotypes of the market,

always ready to discover

“new things … and ignored”

and without the fear 

of defending his own new discoveries.

The result of thirty years of research, his Himalayan collection, seems inspired by the aesthetic presupposition.

The Dandrieu’s words about the character of Mr Itzikovitz are confirmed by the memory of his first purchase in this area, the discovery of an anonymous and mysterious mask, something that looked like nothing he had seen previuosly.

OK 2.jpg

 He did not know which area it came from.

Then Itzikovitz decided to purchase other of the same typology, without worrying

about the absence of a “notorious pedigree”, use, or ethnic group attribution.

An “unusual practice among lovers of primitive arts “always anxious to see “the unchallengeable” criteria of the age, authencity, origin.

 Free from all prejudice, supported only by his intuition,

he collected objects without history guided only by the aesthetic  criteria

… and “fresh eyes”;

intrigued by the back sides that every collector would dream of finding in”a very ancient  Dan mask from the Ivory Coast, or a Quiche one from Guatemala…”.

 OK 4.jpg

The name

Max Itzikovitz

gave

some of his himalayan objects  probably partly reveals the

common thread

of his  heterogeneous intellectual pursuit of a universal archetype:

“Baule monkey begging”, “Olga, Tribute to Picasso”  

“Francis Bacon’s prize-fighter”, “The astonished Inuit,” “The Gesuit”,

“The Batak” “Boris Karloff in meditation””Fantomas”…

OK 3.jpg

In the catalog

WOOD SCULPTURE IN NEPAL  JOKERS AND TALISMANS  

we discover an hidden side of this  International Collector of Arts Premiers, a sort of partial autobiography,

a mirror which reflects a part of his inmost soul;

not just a sectorial catalog , but the mature fruit of a mystical visual search, unavoidable chapter of a journey ….. of his independent, personal, unique and tireless, archetypal interdisciplinary research.

Text by Ethnoflorence

All rights reserved

****

**

*